Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 18:55

C’est un peu un mystère, mais à chaque diffusion cette chanson fait mouche, et rares sont ceux qui  n’ont pas déjà entendu ce fameux medley d’Israël Kamakawiwo’ole : Somewhere over the rainbow/What a wonderful world.

 

Vidéo du tube avec en prime, en prélude à la chanson,

un festival d’animateurs belges essayant de prononcer correctement son nom.

Vous avez entendu ‘guacamole’ vous aussi ?

 

Mystère, car plus de treize ans après sa mort en 1997, ce musicien et chanteur hawaïen n’a pas manqué de revenir en tête des classements de meilleures ventes d’albums, dès que son medley était repris en accompagnement musical d’un film, d’une série ou d’une pub.

 

Récemment encore, on le retrouvait numéro un en Allemagne (novembre 2010) et  même en France en janvier dernier.


affiche-Finding-Forrester-2000.jpg

 

 

 

 Pour vous aider à vous rafraîchir la mémoire,

 petit aperçu des films et séries où vous avez pu l’entendre :

- Meet Joe Black (Rencontre avec Joe Black)

- Finding Forrester (A la recherche de Forrester)

- 50 first dates (Amour et amnésie)

- ER (Urgences)

- Party of Five (La vie à cinq)

 

 

 

Fort heureusement pour l’artiste, ce succès posthume n’est pas le seul qu’il ait connu. Depuis ses premiers succès dans le groupe Makaha Sons of Ni’ihau, fondé avec son frère aîné, il est quasi vénéré sur son île natale d’Hawaï. Quelques années après le décès de son frère, il s’était lancé dans une carrière solo qui fût tout aussi réussie puisqu’il collectionnera les récompenses au fur et à mesure des albums enregistrés


Par sa personnalité, son style musical, une voix touchante, et un engagement en faveur des droits et de l’indépendance des Hawaïens, il restera très estimé sur ces plages jusqu’à sa mort, et sans doute encore maintenant.


Mystère des effets aussi, car entre les mains de celui qu’on surnomme the Gentle Giant (le gentil géant), le ukulélé encore plus minuscule dans cette perspective, s’avère bigrement efficace.


Beaucoup se sont essayés à théoriser ce succès transgénérationnel, en rappelant la force évocatrice de la chanson originale Over the rainbow écrite en temps de crise pour le film Le Magicien d’Oz, et qui revient comme un message d’espoir en période difficile (après 2008 on est encore groggy).

 

Certes on ne niera pas l’impact des douces paroles de cette chanson, alliées à celles du savoureux What a wonderful world de Louis Armstrong.

 

Mais quand même, la rythmique lancinante de ce ukulélé qui rassemble les deux chansons en une, soufflée-chantonnée par ce drôle de musicien, a manifestement quelque chose d’autre. Ce truc en plus qui donne à beaucoup la conviction que la musique est bien un art à part, un roi des arts…

Partager cet article

Repost 0
Jilda Hacikoglu - dans Musique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ConnexionsS
  • ConnexionsS
  • : Journalisme personnel : informations, histoires et idées. La page "Arménie - FA " regroupe une sélection d'articles déjà publiés (magazine France-Arménie).
  • Contact

Profil

  • Hacikoglu
  • Journaliste contribuant au magazine France-Arménie depuis 2003, et auteur de ce blog créé en septembre 2010. Sur Twitter @HacikJilda
  • Journaliste contribuant au magazine France-Arménie depuis 2003, et auteur de ce blog créé en septembre 2010. Sur Twitter @HacikJilda

Recherche

Archives