Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 19:35

 

Affiche PAN - création Irina BrookAvis aux blasés de la vie : passez votre chemin. Ce nouveau spectacle signé Irina Brook malmènera les règles de la logique adulte, en réanimant la fameuse histoire d’un certain Peter Pan, le garçon qui ne voulait pas grandir.


Fille d’un autre Peter, nommé Brook celui-là, Irina s’est probablement inspiré de ce créateur multiforme - qui a brillé tant au théâtre qu’à l’opéra, au cinéma comme dans l’écriture - pour bâtir une conception furieusement magique du théâtre.


Magique puisqu’avec trois fois rien, un brin de folie et une tonne de talent, la scène devient cet univers incroyable où ce qu’il y a de plus éloigné de notre quotidien nous devient familier.

 

 

La dernière création d’Irina Brook n’échappe pas à cette tradition. Avec une adaptation de la célèbre histoire du britannique James Matthew Barrie, elle réalise enfin son rêve d’enfant du théâtre (en plus de son père, sa mère Natacha Parry était actrice). Après tout c’est bien connu, Brook rime avec Hook…

 

Du captain Hook, les Brook ont justement la soif de jeunesse, de jeu… de Peter Pan, ils ont la joyeuse folie, et de Wendy, une douce résignation à la réalité, sans jamais renoncer aux beautés du pays des rêves.


En attendant le songe avec Christian PélissierAinsi, après une pause de deux ans aux Etats-Unis, Irina Brook a saisi  au vol l’invitation du théâtre de Paris pour envahir la grande salle avec Pan, une création qui se joue  pour la première fois à Paris, tandis que la salle du dessus (petit théâtre de Paris, même adresse), accueille les fabuleux garçons de la Compagnie Irina Brook pour rejouer  En attendant le songe…, l’adaptation Brookienne du Songe d’une nuit d’été, chef d’œuvre déjà magique de Shakespeare. 


Comme si cela ne suffisait pas, la compagnie vous propose de dîner sur place après le spectacle, avec la troupe, pour savourer les pastas mijotées par Renato Giuliani (le Prospero de Tempête ! autre pièce de Shakespeare, adaptée auparavant par la Compagnie).

 

En attendant le songe...

avec Christian Pélissier

 

C’est dire si le théâtre est devenu une philosophie de vie pour cette troupe protéiforme, où Irina Brook excelle à mobiliser tous les talents et mettre en avant le meilleur de chacun.

 

Avec Pan on ressort avec une petite musique en tête, après avoir miré la scène, bouche-bée et tout sourire pendant plus d’une heure trente, entre de franches rigolades aux nombreuses facéties du spectacle.

 

Cette création dégage une énergie folle à travers les pirouettes des lost boys (les enfants perdus), la musique des pirates, et les envolées de Peter Pan.

 


PAN ! la troupe

Dans ce joyeux festival de dynamisme, les talents se bousculent : Johanna Hilaire compose une épatante fée Tinker Bell au caractère explosif, le surprenant Nuno Roque est à mourir de rire avec son attitude English à outrance, Georges Corraface est un captain Hook presque attendrissant à force d’être si méchamment à côté de la plaque, Lorie Baghdassarian est une danseuse flamboyante qui hypnotise tout ce petit monde en Lys tigré ou en indienne, et Louison Lelarge réinvente avec vivacité et légèreté un Peter Pan virevoltant aux cheveux en pétard, plus vrai que nature. 


PAN sur scèneLa liste peut encore s’allonger car sur scène on est régulièrement surpris en découvrant chacun des personnages : les pirates (entre autre un Keith Richards japonais ou un Espagnol en kilt), les lost boys (les jumeaux Awaiye aux visages pétillants de lumière accompagnent ces jeunes acrobates effrénés) ou une Wendy chanteuse au violon (Babet).


Ici, point d’ennui donc, tout un chacun y trouve son compte, et agira en son âme en conscience quand Peter Pan demandera de croire aux fées pour que Tinker Bell ressuscite.


Le seul bémol est qu’au bout du compte, le spectacle est tellement sympathique qu'il ne parvient pas à nous convaincre du dénouement de l’histoire. C’est qu’après s’être autant amusé, on se le demande en effet toujours… mais pourquoi diable faudrait-il grandir ?

 

 

La Cie I. Brook envahit le théâtre de Paris

 La Cie Irina Brook envahit le Théâtre de Paris... jusque début juillet 2011

Partager cet article

Repost 0
Jilda Hacikoglu - dans Spectacle
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ConnexionsS
  • ConnexionsS
  • : Journalisme personnel : informations, histoires et idées. La page "Arménie - FA " regroupe une sélection d'articles déjà publiés (magazine France-Arménie).
  • Contact

Profil

  • Hacikoglu
  • Journaliste contribuant au magazine France-Arménie depuis 2003, et auteur de ce blog créé en septembre 2010. Sur Twitter @HacikJilda
  • Journaliste contribuant au magazine France-Arménie depuis 2003, et auteur de ce blog créé en septembre 2010. Sur Twitter @HacikJilda

Recherche

Archives