Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 15:43

Acqua Alta

 

C’est triste Venise, car il faut bien en repartir un jour quand on n’est pas Vénitien. Quelle ville tout de même ! Tellement fabuleuse, tout en étant à portée de pas.

 

Il y a là une certaine inertie qui enveloppe, malgré l’empressement que l’on peut avoir à aller d’un point à l’autre. On s’y rend d’ailleurs vite compte que l’empressement n’y est pas très efficace. Il suffit d’aller à son rythme et ne pas s’affoler.

 

Cette immobilité sereine crée un véritable monde à part, parfait pour accueillir avec enchantement les millions de curiosités de cette ville unique.

 

 

Carlo Goldoni, ce « Molière italien » natif de Venise, qui aimait « à dire les choses comme elles sont, plutôt que de les embellir » l’évoque lui-même ainsi dans ses mémoires :

Statue-Goldoni-e-venise.jpg

 

 

« Venise est une ville si extraordinaire qu’il n’est pas possible de s’en former une juste idée sans l’avoir vue. Les cartes, les plans, les modèles, les descriptions ne suffisent pas, il faut la voir. Toutes les villes du monde se ressemblent plus ou moins : celle-ci ne ressemble à aucune ; chaque fois que je l’ai revue, après de longues absences, c’était une nouvelle surprise pour moi ; à mesure que mon âge avançait, que mes connaissances augmentaient, et que j’avais des comparaisons à faire, j’y découvrais des singularités nouvelles et de nouvelles beautés. ». (*)

 

Statue de Goldoni à Venise,

campo San Bartolomeo, au pied du Rialto


Exemple avec cette étonnante librairie, qui s’est auto-décrétée « plus belle librairie du monde ». Après tout il est normal que l’une des plus villes du monde, abrite la plus belle librairie du monde, qui a de bonnes raisons de s’affirmer comme telle.


Interdite aux chiens, mais bienvenue aux chats, avec entrée possible par le canal. Les livres y sont rangés tout autant sur des étagères que dans des baignoires, des barques ou gondoles.

 

IMAG0554IMAG0564Vue du canal depuis l'intérieur de la librairieIMAG0559

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi ? Mais parce qu'il faut bien tout ces objets flottants pour sauver les livres de l’acqua alta !

 

IMAG0558

 

C’est Luigi Frizzo, le gourmand propriétaire des lieux, qui vous l’expliquera volontiers.

 

Ce Casanova francophone est aussi prompt à vous prévenir de la belle vue sur le canal, qu’à vous renseigner, ou vous dire « je t’aime » avec un grand sourire.

 

D’autres photos et descriptifs dans les blogs de voyageurs conquis par ici : album vénitien (sur blogspot), sur wordpress, lifestyle.glammedia, ou e-venise.

 

 

 

Comme disait Indiana Jones dans le 3ème volet de ses aventures autour de la dernière croisade : « Ah, Venise… »

 

Heurtoir-Miracoli.jpg

Porte 'Miracoli' à heurtoir original,

typique de Venise.

 

 


(*) Extrait des « Mémoires de M. Goldoni pour servir à l’histoire de sa vie et à celle de son théâtre » rédigé en français par l’auteur, et disponible aux éditions Mercure de France… exemple de livre qu’on trouve à la librairie française de Venise, autre adresse sympathique de la Sérénissime, à deux pas de SS Giovanni e Paolo, et non loin aussi de l’Acqua Alta.

Partager cet article

Repost 0
Jilda Hacikoglu - dans Monde
commenter cet article

commentaires

Tietie007 30/03/2013 12:47

Il faut vraiment qu'on y passe !

Présentation

  • : ConnexionsS
  • ConnexionsS
  • : Journalisme personnel : informations, histoires et idées. La page "Arménie - FA " regroupe une sélection d'articles déjà publiés (magazine France-Arménie).
  • Contact

Profil

  • Hacikoglu
  • Journaliste contribuant au magazine France-Arménie depuis 2003, et auteur de ce blog créé en septembre 2010. Sur Twitter @HacikJilda
  • Journaliste contribuant au magazine France-Arménie depuis 2003, et auteur de ce blog créé en septembre 2010. Sur Twitter @HacikJilda

Recherche

Archives