Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 décembre 2010 7 26 /12 /décembre /2010 23:35

  Couv-NH-supp-hebdo

Nor Haratch s’efforce de poursuivre la route tracée par le légendaire Haratch (1). Légendaire car après plus de 80 ans de parution, Haratch était le seul quotidien de France entièrement rédigé en arménien. Malgré cette légende, ce n’était pas le journal le plus lu, loin de là, et l’érosion de son lectorat le fit mourir à petit feu, jusqu’à son ultime numéro le 30 mai 2009.


1925-2009 encadrent donc la vie d’un quotidien porté par une lignée père-fille au caractère lui aussi légendaire : Arpik Missakian était célèbre pour sa rudesse, surtout quand elle défendait sa façon de mener le journal. En tant que directrice elle avait toujours affirmé qu’elle ne préparerait pas la succession du journal fondé par son père. Le quotidien était donc voué à mourir s’il ne continuait pas avec elle.


Si la démarche semblait consternante, on se garda bien de le dire publiquement, notamment par respect pour le véritable exploit qu’était la survie de ce quotidien (voir l’omerta que dénonçait France-Arménie à ce propos).


Cette fin prévisible de Haratch avait pourtant grandement remué le microcosme arménien, suscitant des réactions passionnées bien au-delà du petit cercle de ses lecteurs, et faisant couler beaucoup d’encre dans les médias arméniens. Même si on rechignait à l'admettre, cette disparition illustrait douloureusement l’agonie de la culture arménophone en France.

 

C’est dans ce climat de stupéfaction paradoxale que Nor Haratch a prit naissance. Après un appel public des « Amis de Haratch », le premier numéro de Nor Haratch paraissait le 27 octobre 2009, quatre mois après le dernier de Haratch.


Le rythme quotidien n’a pu être égalé d’emblée, mais en commençant avec deux parutions par semaine Nor Haratch demeurait une performance, car de fait il n’y avait pas plus fréquent en France.

 

Malgré les difficultés, Nor Haratch paraît aujourd’hui 3 fois chaque semaine depuis 2010, et ambitionne toujours de contribuer à créer le ‘vécu collectif (…) qui manque le plus aux Arméniens des pays occidentaux’. Sans traduction ce sont les termes même de Nor Haratch.

 

NH-supp-hebdo


Aussi étrange que cela puisse paraître vu le contexte de sa naissance, le journal vient en effet de lancer un supplément hebdomadaire en français, et s’en explique en première page de ce supplément inauguratif. Nor Haratch considère que pour ‘favoriser l’arménophonie’, la presse arménienne doit aussi considérer et toucher le public ‘non arménophone’ mais néanmoins ‘prêt à recevoir cet héritage’.


Une fois par semaine, le samedi, ce supplément présentera donc en français certains des sujets traités en arménien. Nor Haratch espère ainsi familiariser un nouveau lectorat à son contenu, très emprunt de quotidien vu son rythme.


En prenant en compte une réalité difficile à accepter mais bien réelle, Nor Haratch franchit peut-être un pas salutaire, puisqu’il faut bien tenter quelque chose... ou peut-être pas si l’on considère que c’est déjà trop tard. 

 

Gel et neigeL’effort a au moins le mérite d’exister pour cette culture en déclin qui cherche ses nouveaux repères, et pour tous ceux qui aimeraient mieux la connaître.

 

Aujourd’hui entre les informations générales du monde et de France, les anecdotes quotidiennes, les analyses ou même les romans publiés en feuilleton (2) qu’on prend plaisir à découvrir tous les deux jours (si la neige et le gel ne ralentissent pas votre facteur !), Nor Haratch oeuvre bel et bien à bâtir une connaissance intime de tout ce qui concerne un pays et ses ressortissants à travers le monde.


En tant que source d’informations originales, il est seulement dommage que ce soit si rare.


 

(1) Haratch (Յառաջ), signifie « en avant ».

Nor (նոր), signifiant « nouveau », Nor Haratch se comprend comme le « nouveau (journal) Haratch »

 

(2) En ce moment, Nor Haratch publie en feuilleton un roman de Vazken Chouchanian, un écrivain contemporain de Chahan Chahnour (auteur phare de Haratch). Chouchanian partageait avec Chahnour une conception innovante de la littérature arménienne, liée au mouvement du nouveau roman qui naissait parallèlement en France à leur époque.

Pour les plus curieux, voir ici le récit bien instructif, en français, du voyage de Jean-Paul Sartre et de Simone de Beauvoir en Arménie soviétique, par Alexander Toptchian, un auteur arménien qui les avait rencontré alors.

Partager cet article

commentaires

THIL 15/11/2012

Ne peut-on pas trouver Nor Haratch en arménien ?

THIL 20/11/2012

Merci de votre réponse. Pensez-vous que je peux l'acheter à la Librairie Orientale, rue Monsieur le Prince à Paris ?

THIL 21/11/2012

OK merci j'irai les voir.

Présentation

  • : ConnexionsS
  • ConnexionsS
  • : Journalisme personnel : informations, histoires et idées. La page "Arménie - FA " regroupe une sélection d'articles déjà publiés (magazine France-Arménie).
  • Contact

Profil

  • Hacikoglu
  • Journaliste contribuant au magazine France-Arménie depuis 2003, et auteur de ce blog créé en septembre 2010. Sur Twitter @HacikJilda
  • Journaliste contribuant au magazine France-Arménie depuis 2003, et auteur de ce blog créé en septembre 2010. Sur Twitter @HacikJilda

Recherche