Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 22:35

Couv-Les-Imperfectionnistes.jpg

Sorti en poche le mois dernier, ce premier roman d’un illustre inconnu en France déjà estampillé best-seller outre-mer, pourrait bien décrocher sous ses airs de rien, la palme de vos lectures favorites des ponts du mois de mai.


Première bonne surprise après avoir passé le cap de la forme : pour un roman on aura rarement autant flirté avec le genre de la nouvelle. Même si ce livre ressemble fort à ce genre de recueil, contrairement aux nouvelles, l’histoire continue autrement dans le chapitre suivant, et le seul personnage principal demeure finalement un journal quotidien dont on finit par douter de la légitimité, à force d’en voir les coulisses de fabrication, avec ses salariés de l’actualité.  


Comment croire à la qualité d’un quotidien dont les correspondants trahissent allègrement toutes les bases de la profession de journaliste, dont la directrice ne jure que par le crédit qu’apportera ce poste à son CV, qui pullule de véritables planqués de la vie – fiers de l’être – à des postes pour lesquels ils ont manifestement lâché toute conscience professionnelle, et où même la plus compétente des expertes se laisse sciemment berner par peur de la solitude.


Amertume, décrépitude de l’âge, réalités de l’infidélité conjugale, rêve de grandeur déchue, ou parasite de la vie des autres, ces imperfectionnistes parviennent pourtant à décrocher des sourires d’empathie pour ce jubilé d’un quotidien qui a réussi l’exploit de paraître durant 50 ans, malgré un tel cumul des ratés bien humains auxquels nous pouvons toujours être confrontés.


Ce qui ne lasse pas d’engendrer perplexes méditations sur la véritable valeur qu’on prête à ces imperfections… Chapeau en tous les cas pour ce titre simplement mais terriblement bien vu pour décrire le monde de la presse, et le monde tout court.

Repost 0
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 17:01

Dans le train de Paris à destination de Turin, quelque part entre la France et l’Italie.

 

KGrHqVHJEgE8oYqdjBPcd2oHM60 12

 

Une dame alterne trois lectures différentes, passant de l’une à l’autre : Il genio russo, Le Anime Morte de Gogol, un livre très vieux et bien jauni qu’elle lit avec un léger sourire de satisfaction, le magazine Psychologie avec Guillaume Canet en couverture, et un livre de poche La vie devant soi de Romain Gary.

 

En route la dame sourit et semble ravie en notant des choses en dernière page du vieux livre sur le génie russe, ou en retrouvant une carte dont la lecture l’émerveille avec un grand soupir d’aise.

 

Les plus beaux paysages de ce voyage en train apparaissent bien après la station Mâcon-Loché (l’ancienne commune est aujourd’hui intégrée à la ville de Mâcon), quand commence le décor de montagnes aux sommets enneigés, rappelant enfin qu’on est bien en hiver malgré la saison particulièrement douce en ce tout début de janvier 2012.


La scène risque toutefois de se produire de moins en moins du fait de la concurrence ouverte entre la SNCF et Trenitalia, ces entreprises ferroviaires qui ont cessé leur partenariat depuis septembre 2011.

 

Ferroutage gare de Modane (photo novembre 2010 - Florian Pépellin)

Ferroutage_gare_de_Modane.JPG

 

Sur fond de libéralisation européenne du transport ferroviaire, et de grands projets de lignes ferroviaires contestées au niveau local (le grand projet de liaison Lyon-Turin mis à enquête jusqu’en mars dernier a suscité une opposition comparable au mouvement des NO-TAV du Piémont italien), l’harmonisation des réseaux ferrés de France et d’Italie peine à aboutir.


L’homologue italien de Réseau Ferré de France (RFI) réclame des travaux d’adaptation des trains français pour circuler sur son réseau, et le tout prend du retard.


Résultat : perdants pour les voyageurs qui se trouvent régulièrement contraints de descendre du train pour aller rejoindre en car, un autre train de l’autre côté de la frontière.   

 

Carte BardonecchiaArrêts non prévus à l’itinéraire initial, les gares de Bardonecchia, Modane, Oulx ou Porta Susa à Turin sont devenues ainsi le théâtre d’attroupements de voyageurs surpris par la correspondance train-car improvisée.


Aucune mesure d’information en bonne et due forme n’est organisée car bien sûr, les compagnies ferroviaires de part et d’autre de la frontière estiment qu’il n’est pas de leur ressort d’informer les voyageurs des solutions de remplacement prises par le concurrent.


Amis voyageurs, armez-vous donc de vigilance et soyez peu regardants des horaires d’arrivée si vous envisagez ce mode de transport pour circuler entre France et Italie. Evitez également d’oublier vos papiers, car malgré la libre circulation des personnes, les contrôles d’identités visant à traquer les sans-papiers entre ces correspondances inopinées se multiplient, pour vous épargner d’arriver sans retard à bon port.


Le côté positif de ces itinéraires bis imposés, car il faut bien en trouver un si l’on persiste à vouloir aller en Italie, reste sans conteste l’attention accrue que l’on porte dès lors aux lieux traversés en car dans ces régions de montagne : itinéraires imprévus en pentes vertigineuses entre de hauts sommets, et lieux sur lesquels on ne s’attarderait pas nécessairement en temps normal, plongé que l’on peut être dans ses pensées, ses lectures ou ses bavardages de voyageurs à grande vitesse.

 

IMAG0435Vue depuis le TGV Paris-Milan, à l'approche de la frontière italienne (janvier 2012)

Repost 0
Jilda Hacikoglu - dans Monde
commenter cet article
30 avril 2012 1 30 /04 /avril /2012 17:14

Affiche-expo-Armenia.jpg

 

Même si le titre peut sembler incongru il faut garder en tête que Venise n’est pas à une curiosité près…

 

Le 10 avril clôturait en effet une belle exposition donnée dans une série de salles le long de la piazza San Marco : ARMENIA impronte di una civiltà (empreintes d’une civilisation).

 

Installée au Museo Correr depuis le 16 décembre 2011, cet évènement est l’heureux fruit des initiatives concordantes de la petite - mais précieuse - communauté arménienne subsistant à Venise (autour de la congrégation des Mekhitaristes), et de la République d’Arménie, pour célébrer le 500ème anniversaire du premier livre arménien imprimé.

 

Distance Venise-Erevan (2 690 km)

Illustration de l'exposition

Venise-Erevan.jpg

 

Malgré la distance par rapport aux terres d’origine des Arméniens, le fait est que le premier livre imprimé arménien fût édité à Venise, en 1512.


Aussi surprenant soit-il, cet éloignement est une illustration parfaite de l’histoire géographiquement bousculée de ce peuple tenace.

 

Aucun aperçu de l’histoire arménienne n’est en effet concevable sans un décodage géographique, et l’exposition n’échappe pas à ce passage obligé, avec une maquette ludique et animée de ces territoires d’origine pour en évoquer les périodes clefs.

 

Cette histoire ainsi qu’une tradition particulière de voyageurs-commerçants ‘éclairés’, ont fait qu’entre diverses autres implantations dans le monde, une communauté arménienne s’était officiellement installée dans la Sérénissime depuis le Moyen-âge, avec son quartier, ses églises et ses écoles.


Mappemonde-Amsterdam.jpg

La première mappemonde imprimée en arménien, à Amsterdam en 1695

Extrait de l'exposition

 

Elle y subsiste encore aujourd’hui en bien plus petit nombre, et ses plus vivaces représentants en sont les membres de la congrégation Mekhitariste : installés à Venise depuis 1717, ces religieux arméniens y maintiennent toujours en activité, avec force bonhommie et des trésors de sagesse, le musée et le monastère de l’île Saint-Lazare.

 

DSC00826

Un joyeux Mekhitariste servant le vin

au repas donné dans le cloître de San Lazzaro après la messe de Pâques

 

Il ne faut donc pas s’étonner outre mesure des touristes arméniens qui se succèdent régulièrement, et aussi fidèlement qu’en un pèlerinage, dans les adresses arméniennes phares de la ville : quartier de Santa Croce près de San Marco avec sa chapelle, ancien collège arménien dans le Palazzo Zenobio près de Campo Santa Marguerita (le palais accueille désormais diverses expositions d’art contemporain), et bien sûr l’Isola di San Lazzaro degli Armeni.

 

Adresses-armeniennes-de-Venise.jpgAperçu des adresses arméniennes de Venise

 

Une fierté et surtout une vraie chance pour les Arméniens disséminés de par le monde, que de retrouver dans un lieu si magique, un refuge chaleureux et plein des perles les plus progressistes de leur culture.

 

Isola di San Lazzaro degli Armeni

L'île San Lazzaro vue du vaporetto qui s'en approche

Repost 0
Jilda Hacikoglu - dans Arménie
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 15:43

Acqua Alta

 

C’est triste Venise, car il faut bien en repartir un jour quand on n’est pas Vénitien. Quelle ville tout de même ! Tellement fabuleuse, tout en étant à portée de pas.

 

Il y a là une certaine inertie qui enveloppe, malgré l’empressement que l’on peut avoir à aller d’un point à l’autre. On s’y rend d’ailleurs vite compte que l’empressement n’y est pas très efficace. Il suffit d’aller à son rythme et ne pas s’affoler.

 

Cette immobilité sereine crée un véritable monde à part, parfait pour accueillir avec enchantement les millions de curiosités de cette ville unique.

 

 

Carlo Goldoni, ce « Molière italien » natif de Venise, qui aimait « à dire les choses comme elles sont, plutôt que de les embellir » l’évoque lui-même ainsi dans ses mémoires :

Statue-Goldoni-e-venise.jpg

 

 

« Venise est une ville si extraordinaire qu’il n’est pas possible de s’en former une juste idée sans l’avoir vue. Les cartes, les plans, les modèles, les descriptions ne suffisent pas, il faut la voir. Toutes les villes du monde se ressemblent plus ou moins : celle-ci ne ressemble à aucune ; chaque fois que je l’ai revue, après de longues absences, c’était une nouvelle surprise pour moi ; à mesure que mon âge avançait, que mes connaissances augmentaient, et que j’avais des comparaisons à faire, j’y découvrais des singularités nouvelles et de nouvelles beautés. ». (*)

 

Statue de Goldoni à Venise,

campo San Bartolomeo, au pied du Rialto


Exemple avec cette étonnante librairie, qui s’est auto-décrétée « plus belle librairie du monde ». Après tout il est normal que l’une des plus villes du monde, abrite la plus belle librairie du monde, qui a de bonnes raisons de s’affirmer comme telle.


Interdite aux chiens, mais bienvenue aux chats, avec entrée possible par le canal. Les livres y sont rangés tout autant sur des étagères que dans des baignoires, des barques ou gondoles.

 

IMAG0554IMAG0564Vue du canal depuis l'intérieur de la librairieIMAG0559

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourquoi ? Mais parce qu'il faut bien tout ces objets flottants pour sauver les livres de l’acqua alta !

 

IMAG0558

 

C’est Luigi Frizzo, le gourmand propriétaire des lieux, qui vous l’expliquera volontiers.

 

Ce Casanova francophone est aussi prompt à vous prévenir de la belle vue sur le canal, qu’à vous renseigner, ou vous dire « je t’aime » avec un grand sourire.

 

D’autres photos et descriptifs dans les blogs de voyageurs conquis par ici : album vénitien (sur blogspot), sur wordpress, lifestyle.glammedia, ou e-venise.

 

 

 

Comme disait Indiana Jones dans le 3ème volet de ses aventures autour de la dernière croisade : « Ah, Venise… »

 

Heurtoir-Miracoli.jpg

Porte 'Miracoli' à heurtoir original,

typique de Venise.

 

 


(*) Extrait des « Mémoires de M. Goldoni pour servir à l’histoire de sa vie et à celle de son théâtre » rédigé en français par l’auteur, et disponible aux éditions Mercure de France… exemple de livre qu’on trouve à la librairie française de Venise, autre adresse sympathique de la Sérénissime, à deux pas de SS Giovanni e Paolo, et non loin aussi de l’Acqua Alta.

Repost 0
Jilda Hacikoglu - dans Monde
commenter cet article
17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 11:08

 Difficile de trouver moment plus à propos pour la sortie de ce film, tandis que la tonitruante loi pénalisant les négationnismes enchaîne les péripéties nauséabondes. Contre l’indifférence passive et généralisée, Le Fils du marchand d’olives dénonce pour sa part avec créativité, intelligence et entêtement, un négationnisme institutionnalisé, toujours trop lourd de conséquences.

 

Anna sur les ruines d'Ani


ConnexionsS vous faisait découvrir l’an dernier ( ici et  ), ce film de Mathieu Zeitindjioglou, particulièrement bousculant par sa démarche artistique, personnelle mais aussi citoyenne, surprenante et totalement inédite à tous points de vue.

 

L’originalité du discours et de sa forme ouvrait en effet de nombreuses perspectives à l’Arménien bizarrement enraciné en diaspora, mais aussi à tout être humain réceptif à la question de l’identité malmenée (voir encadré sur le film, de  notre billet d'avril 2011).


Anna et Mathieu Zeitindjioglou UGAB Paris

Or voilà qu’après avoir concouru et brillé dans de nombreux festivals de par le monde, ce film auquel seuls ses auteurs croyaient arrive finalement sur les écrans, fort de l’accueil largement positif reçu à chacune de ses projections.


Dans cette œuvre particulièrement mordante et en même temps sensible, Anna et Mathieu Zeitindjioglou ont en effet mis à jour avec un dynamisme qu’on ne concevait plus, les nombreuses contradictions que vivent, aujourd’hui encore, l’Arménien de diaspora mais aussi la Turquie, entre rejet d’un passé si lourd, négationnisme et poids du déracinement.


Il ne faut donc pas s’étonner de son passage remarqué dans les festivals, et les nombreux prix qu’il y a récolté (voir encadré Prix et festivals), en suscitant parfois des débats particulièrement constructifs.

A Bruxelles par exemple, sa projection à un festival du film juif a en effet donné lieu à un débat particulièrement riche avec un historien faisant notamment le parallèle entre le négationnisme actuel de la Turquie, et celui que la Pologne a longtemps pratiqué vis-à-vis de la Shoah. 


Comparativement à l'adhésion totale et l'enthousiasme entreprenant qu'il a ainsi généré partout ailleurs, en France, et c’est là que le bât blesse, malgré les réactions tout aussi positives du public français, il semble y avoir eu un blocage tant sur la thématique que sur la forme du film. Et puis finalement « ils ont commencé à réagir quand le film a reçu des prix en festival ailleurs qu’en France » constate le réalisateur.


Anecdote pas si anodine qu’il n’y paraît, le festival international du film d’éducation d’Evreux a battu le chaud et le froid en l’espace de deux jours aux auteurs du film. En effet : acclamés le jour de leur arrivée et lors de la projection, le couple Zeitindjioglou s’est vu ignoré le lendemain. Sorte de black-out incompréhensible.

 

En fait, à l’exception d’une réaction excessive de la part d’un professeur de français qui a vu le film comme une insulte à sa turcophilie (ce qu’il n’est pas en réalité), l’adhésion au film était unanime mais non assumée. Manifestement le sujet dérange, pour diverses raisons : assimilation trop rapide à un militantisme pro-arménien, ou à une rhétorique d'extrême droite hostile à la Turquie. Un autre professeur allait même jusqu’à avouer au réalisateur que malgré sa qualité, elle n’oserait pas diffuser le film dans son établissement où se trouvait nombre d’élèves turcs.


Sans en tirer de conclusion hâtive, on y voit en tout état de cause le symptôme d’un manque de courage patent, malheureusement trop répandu dans les médias français selon Anna qui ne se contente pas de s’en désoler. Elle s’en révolte encore aujourd’hui avec la même vigueur, elle, la Polonaise qui a ouvert les yeux de son mari sur les origines de son nom alambiqué et si difficile à porter.

 

Pour rappel, Zeitindjioglou - quatorze lettres, un double scrabble - signifie en turc ‘le fils du marchand d’olives’ et donne en outre la circonstance fort délicate pour un descendant d’Arménien d’être confondu avec le peuple de ses bourreaux !

 

L'arrière petit-fils du marchand d'olives...


Une injustice patente qui explique pourquoi ce couple attachant, qui ne connaissait pas plus que cela les Arméniens de France et leur histoire, s’est intéressé à la question. Résultat : en se rendant carrément sur place, au cœur même de la Turquie profonde, ils ont décortiqué avec une justesse et une pertinence remarquable la mécanique absurde d’un négationnisme institutionnalisé.


Aucun producteur n’ayant souhaité se lancer dans l’aventure, le pari était loin d’être gagné. Pourtant, sur ces bases saines et solides, le film de ce périple intense a réussi et même confirmé l’essai, à chaque projection et dans les nombreux festivals où il a été sinon primé, du moins largement applaudi.

 

 


Une sortie à point nommé


Tout un programme qui viendra peut-être, on l’espère, contrecarrer la pente glissante que prennent aujourd’hui certains contradicteurs d’une loi pénalisant les négationnismes, et qui n’a pas fini d’être chahutée. Si le principe d’une telle loi peut être sujet à discussions, il n’est en effet pas normal qu’il aboutisse à remettre en doute le négationnisme de l’actuel Etat turc, et en fin de compte la réalité même du génocide. Un négationnisme qui n’a d’ailleurs pas manqué de s’exprimer insidieusement à l’occasion de ces débats.


L’actualité offre bien souvent de ces convergences étranges. Alors que les revendications arméniennes se trouvaient donc chaotiquement propulsées au gré d’une des dernières sorties choc d’un Président en campagne, Le fils du marchand d’olives avançait lentement mais sûrement sur le chemin d’une reconnaissance grandissante en dehors des frontières.

 

Il viendra sans doute à point nommé apporter un éclairage tout en finesse et percutant, lors de sa sortie sur grand écran. L'information est donc à diffuser largement et rendez-vous est pris dès le 11 avril prochain, pour au moins maintenir ce film en salle le plus longtemps possible, et contribuer ainsi à ne pas laisser s’enterrer une histoire déjà trop malmenée.


 

 

Nouvelle bande-annonce


 

Sélections en festival et prix reçus

Prix spécial du jury à Yerevan  / Reanimania international film festival 2011 (festival du film d’animation)

Mention spéciale du jury à Los Angeles au Film & script festival 2011, ainsi qu’au Movie Awards 2011.

IMAJ 2011 Bruxelles / Festival au fil du temps

ADAA Film Festival Boston 2011

Lasalle Festival international des films indépendants 2011

Prix du meilleur documentaire à Toronto / Pomegranate film Festival 2011

Faito Doc / Festival 2011

 

Sélection officielle : au festival Doc Miami 2011, au festival Golden Apricot 2011 de Yerevan, au festival international du film d’éducation d’Evreux, et à l’Etoile francophone 2012.

Repost 0
Jilda Hacikoglu - dans Société
commenter cet article
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 19:19

Astuce imparable pour s’en sortir quand on est très en retard – mais alors vraiment très en retard – pour envoyer ses vœux de la nouvelle année : penser au calendrier chinois !


Par exemple cette année, et même en plein mois de février (voire mars pour d’autres années), vous auriez pu souhaiter rien moins qu’une formidable année du dragon.

 

Almanach chinois de la chance 2012


Impressionnant et définitivement plus original que les incontournables ‘season’s greetings ‘ de début d’année, n'est-il pas ?


C’est de plus toujours très agréable à recevoir, et permet même à certains de découvrir un pan des plus folklorique de l’honorable et millénaire culture chinoise. Après tout l’avenir étant fort probablement aux Chinois, autant commencer à s’adapter.


Cette nouvelle année a donc débuté le 23 janvier pour les Chinois de toute la planète, et est placée sous le signe redoutable du dragon. Animal légendaire s’il en est, jusque dans nos contes les plus éculés en bonne vieille Europe.


Apparemment pour les Chinois, plus il fait peur dans les défilés, mieux c’est !

 

Danse du dragon à Paris

Aperçu lors du désormais traditionnel défilé de nouvel an chinois

 à Paris le 29 janvier dernier.

 

Pour en savoir plus sur les croyances associées à cette fantastique création de l’imagination, et savoir ce qui caractérise cette année sous le signe d’un si puissant symbole, rendez-vous sur le net (par exemple ici vite fait).

 

Mais l'on vous suggère plus fortement de savourer un exemple de l’intensité qui peut caractériser l'année, sur cette stupéfiante petite vidéo :

 

 

 

Un échange incroyablement vif et long de volley-ball, dans les équipes féminines de  TianJin et de l’armée chinoise justement.

Un modèle de combativité s’il en est, à prendre pour exemple...


Que la puissance du dragon soit donc avec vous pour 2012 !

2012 Dragon

 

PS : L’intensité de cette année du dragon a d’ores et déjà frappé pour ConnexionsS qui n’a malheureusement pu faire face immédiatement. Milles excuses pour ce silence radio ! Non que les connexions manquaient, c'est plutôt le contraire, il y en avait peut-être juste un peu trop en réalité. A très vite donc, pour une déferlante de ConnexionsS en tous genres…

Repost 0
Jilda Hacikoglu - dans Société
commenter cet article
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 18:12

Energique medley de morceaux pas si éloignés qu’il n’y paraît, voilà une vidéo plus que réjouissante en cette fin d'année.

 

 

Sur une composition unissant habilement le pulsé Hit the road Jack, avec la crème de la musique festive arménienne (Hey djan Khapama), il s’agit de la présentation du concert le plus grandiose de KOHAR (ici le site officiel, pour découvrir quelques morceaux de choix de l'ensemble, telle la valse emportée d'Aram Khatchadourian).


Cet ensemble qui réunit un orchestre symphonique et une chorale,  toujours accompagné de danseuses, d'un mime et de stars de la scène musicale arménienne, s’est en effet produit de manière spectaculaire devant la façade de l’Opéra, sur la place de la Liberté à Erevan, capitale d’Arménie.

 

C’était le 28 mai 2011, et avec ce judicieux montage montrant les performances scéniques entraînantes de cet ensemble musical qui ne vise pas moins que l’excellence culturelle, il y a de quoi redonner le sourire, qu’on soit Arménien ou pas.


Résultat d’une heureuse union de moyens (l’ensemble est financé par un important homme d’affaires arménien du Liban, Harout Khatchadourian) et de talents (le directeur artistique Sebouh Abcarian est le chef d’orchestre de cette formation qui réunit près de 140 performers de plusieurs disciplines), KOHAR, un prénom féminin arménien qui signifie aussi ‘joyau’, s’est fait connaître par la qualité de ses interprétations et arrangements des plus grands morceaux de la musique arménienne.


Kohar Erevan

 

Enchaînant les concerts sur la scène internationale avec un public toujours plus nombreux (Chypre, Beyrouth, Erevan, Istanbul, Moscou, Los Angeles, San Francisco, Detroit, Damas, Alep), la troupe a déjà sorti trois volumes de ces All Time Armenian Favourites, coffrets combinant leurs meilleures performances live en CD et DVD, avec des sous-titres pour chanter en chœur ces morceaux connus de la plupart des Arméniens où qu’ils soient, et un livret fourni détaillant les morceaux proposés.

Bref tout pour plonger au cœur d’une culture musicale qui a su de tous temps rallier ses ouailles…


Le troisième volume contenant les enregistrements des concerts de Syrie en 2009, a été lancé cette année en mai, et cette vidéo bondissante présentant le concert d'Erevan 2011 est en ligne depuis le 20 décembre dernier... un appétissant aperçu de ce que pourrait donner un 4ème volume des All Time Armenian Favourites !


En ces temps d’amère perplexité face à l’avenir, voilà un rare sujet de satisfaction qui ne se méprise pas.

Repost 0
Jilda Hacikoglu - dans Musique
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 21:27

Depuis sa naissance jusqu’à ses transformations, la ville réserve bien souvent un spectacle presque aussi prodigieux que celui de la nature. Illustration à Boulogne-Billancourt et sa fameuse île Seguin, dans l’une des premières boucles que la Seine forme en sortant de Paris, pour aller rejoindre la mer à l’ouest.


27- Vu depuis l'île, le nouveau quartierVu depuis l'île Seguin, le nouveau quartier Rives de Seine (zéro trucage)
 

Depuis l’essor de l’industrie Renault jusqu’à l’installation du Cirque du Soleil, l’île Seguin à Boulogne-Billancourt a en effet toujours de quoi surprendre.


Après la foire d’empoigne qui s’est jouée autour du destin de ces terrains Renault, siège emblématique de la marque nationale, place à l’époustouflant et lucratif projet de nouveau quartier des Rives de Seine dont les premières constructions ont vu le jour dans les années 2000.


En pleine pénurie de terrains, la reconquête de cette immense friche industrielle de près de cent hectares, quasiment au portes de Paris, a forcément attisé toutes les convoitises.


16- Trace du passéCelle du propriétaire d’abord : après avoir éloigné ses implantations de Paris pour mieux assurer son développement, Renault cherche à valoriser au mieux ces terrains.

Une valorisation en termes financiers pour en tirer le meilleur prix bien sûr, mais aussi en termes d’image. La qualité du projet qui naît ici sera en effet toujours associée à la marque, car il s’agit de ses terrains d’implantation historique.

 

L’ampleur industrielle qu'ils avaient prise (depuis l’installation en 1898/1902, et jusqu’à la désaffectation de l’usine qui couvrait l’île en 1992) en avait fait autrefois déjà, une ville même dans la ville.


Convoitise aussi des élus municipaux et de tous les acteurs publics locaux, évidemment intéressés à la reprise en main de terrains qui recouvrent près de 10% du territoire de Boulogne-Billancourt, ville de 113 000 habitants aux portes de Paris.


Convoitise des promoteurs ensuite, qui se sont empressés de faire signer des promesses de vente à Renault, et qui se sont imposés comme partenaires obligés des projets de la SAEM, société d’économie mixte créée par la ville pour piloter l’aménagement public de ce vaste chantier.


Résultat aujourd’hui, un bon tiers du projet Rives de Seine, ainsi nommé car il ambitionne de reconquérir les rives du fleuve, est désormais visible et sorti de terre, avec pour vitrine de choc le recyclage high-tech de l’île Seguin.


D’île-usine à elle seule, la friche industrielle de l’île Seguin est entièrement repensée en centre culturel international innovant, sous la houlette de l’un des architectes les plus tendances de ces dernières années : Jean Nouvel.

 

28- P1000456Vue de l'île Seguin et du quartier depuis le nouveau pont piéton


Au programme d’aménagement de l’île : un jardin public paysager, le siège de l’association Cirque en chantier de Madona Bouglione, des pôles culturels et de loisirs, un projet d’ensemble musical du Conseil Général… Tout un programme, régulièrement sujet à rebondissements politiques (aperçus ici et ), mais qui veut faire évoluer un véritable symbole ouvrier de l’ère industrielle française, en vitrine de la culture française de plus haut niveau, et d’avant-garde s’il vous plaît.


A noter également l’effort de préservation de la mémoire qui intègre au projet le maintien de certaines constructions emblématiques des anciennes usines : le bâtiment Pierre Dreyfus (ex « bâtiment X ») et la cabane de Louis Renault, les ponts Daydé et Seibert, la « porte Jules Guesde », les frontons de l’île Seguin, le mur de l’Artillerie…

 

07- P1000387

Il y a évidemment de bonnes intentions dans ce projet, et heureusement qu’un lieu chargé d’une histoire collective si exceptionnelle ait pu inspirer de belles idées. Pour l’instant néanmoins, une simple ballade dans les environs montre que les rives de Seine sont surtout ouvertes à la circulation automobile pour accéder aux voies sur berges de Paris, les fameux quais bien pratiques pour traverser la capitale (voir l'album photo de cette ballade  ici).


On y sent partout la zone de transition très désertique, hétéroclite et parfois peu rassurante, qui se maintient au bord de grands chantiers en cours. De fait, sur les bords de Seine, le piéton se perd facilement.


Quelques péniches sont amarrées autour de l’île, au bas de quais qui les cachent à la vue. A part quelques pêcheurs, des marcheurs originaux, joggeurs, et des familles désorientées par l’ancien pont bleu des usines Renault de l’île, pas vraiment de piétons sur ces quais. Il faut dire que rien n’est prévu pour eux ici, en tous cas pas pour l’instant.

 

15- P1000418

Le spectacle de spectateurs du Cirque perdus sur ces quais routiers faces à l’île Seguin, est en tous les cas assez insolite : imaginez plutôt les parents avec enfants de tous âges, hésitant dans des no-man’s land dignes des décors de films policiers…

 

C’est que le plus court chemin pour arriver au grand chapiteau du Cirque du Soleil est visuellement le Pont Daydé qui menait à l’usine de l’île (le pont bleu suspendu, préservé dans le projet d’aménagement). Un vrai pont de travailleurs, devenu illusion pour des spectateurs !

 

01- Vestiges d'industrie et Cirque du Soleil


Le célèbre cirque de Guy Laliberté s’est en effet installé sur l’île, à deux pas de la géante porte de l’ancienne usine, elle aussi muséifiée, pour proposer son spectacle Cortéo depuis le 4 novembre dernier, et jusqu’à début janvier encore. 

 

Voilà qui fait entrer dans les esprits la possibilité de franchir le pont et de visiter l’île. Bonne idée pour faire venir le public certes, mais il reste juste à aménager la suite pour continuer le parcours.

A suivre...

 

26- Sur l'île

Sur l'île Seguin, en route pour le cirque, en passant par le jardin paysager

 


Photos JH décembre 2011 (voir l'album Boulogne-Billancourt, île Seguin)

Repost 0
Jilda Hacikoglu - dans Société
commenter cet article
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 21:10

Son nom vous est peut-être vaguement connu déjà, mais sa musique est sans doute bien plus familière à vos oreilles.

 

Depuis Amadou & Mariam jusqu’à Sting, en passant par Lhasa De Sela pour l’electro ou Mathieu Chedid et Vincent Delerm (entre autres) pour la scène française, dix ans que ce trompettiste inspiré parcourt les scènes musicales, aux côtés d’artistes du monde séduits par son expressivité.

 

DiagnosticLibanais déraciné de Beyrouth à l’adolescence, atterri en banlieue sud de Paris (Essonne, 91), lauréats de nombreux prix durant ses études de musique classique (la trompette est son double), enrichi musicalement de tous les univers musicaux côtoyés depuis, Ibrahim Maalouf entend livrer avec Diagnostic la réponse, en forme de troisième et dernière partie, à une histoire musicale commencée en 2007 par Diasporas, puis questionnée avec Diachronism, ces deux précédents albums.


Résultat pour Diagnostic : piano et trompette améliorée pour jouer les spécificités orientales, se mêlent avec évidence aux ambiances tantôt mélancoliques, tantôt déchaînées des sonorités contemporaines.


Dans cet album qui évolue comme un véritable opéra moderne, s’enchaînent le clubby Will Soon Be a Woman (morceau le plus entendu), les acrobatiques salsas de Maeva in the Wonderland, le recueillement profond au piano de Your Soul, en prélude progressif à un réveil salutaire avec Never Serious, puis une reprise époustouflante de Michael Jackson, digne du plus vivant des morts (We’ll’ Always Care About You - vidéo ci-dessous). 

 

 

Mais on y trouve aussi un slam en extase avec Oxmo Puccino (Douce), avant le rappel des sources par l’accordéon de All The Beautiful Things, et surtout Beirut, ce morceau composé dans une ville détruite par la guerre civile.


Beyrouth, la ville où errait à treize ans un Ibrahim Maalouf découvrant pour la première fois Led Zeppelin dans un baladeur, au moment précis où il voit, pour la première fois aussi, les ravages des bombes dans ses rues. La musique d’un moment, ce moment clé d’une vie est ici.

 

Diagnostic Beirut

La photo du jour J à Beyrouth

(livret de Diagnostic)


Beirut, est donc aussi le morceau composé ce jour-là (voir ici le clip, hypnotique, de ce morceau). Une suite étrange où après une méditation de la trompette qui va jusqu’à l’épuisement, renaît une énergie de vie sortie d’on ne sait trop où, mais qui envahi bien vite l’espace.


La vie qui reprend ses droits, en somme. Plus forte d’avoir survécut, et prête à continuer ainsi déviée, malgré tout. Place alors à la maîtrise d’un style pleinement abouti, celui d’Ibrahim Maalouf, unique et dont l’écoute vous est vivement recommandée.

Repost 0
Jilda Hacikoglu - dans Musique
commenter cet article
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 22:19

EpidonA l’arrivée du Beaujolais nouveau, il n’y a pas que les premiers vins de l’année qu’on a salué ce mois-ci.


Nouvelle adresse gourmande pour les éditions Thaddée, faisant qu'au lendemain du Beaujolais nouveau, une double inauguration pleine de goûts se tenait dans une douillette épicerie ouverte cette année à Paris près de l’Odéon.

 

Une ambiance bonne enfant de petit village, toujours appréciable dans un coin de Paris qui croule sous la foule des touristes aussi. Adresse doublement recommandée donc.


L’Epidon, nommé ainsi pour rappeler que c’est l’épicerie de l’Odéon, fêtait le 18 novembre son ouverture en même temps que le dernier né des Editions Thaddée, Les grains du sablier, les mémoires aussi surprenantes qu’insolites de Christian Pahlavi, neveu du Chah d'Iran.

 

Couv Les grains du sablier

D’une naissance illégitime, ce Français bourgeois, devenu héritier potentiel du Chah d’Iran auprès duquel il vécut, historien et aristocrate cosmopolite s’est découvert une hérédité allemande dans son 3ème âge.

 

Une véritable montagne d’improbabilités réunies chez un seul être : socialement, temporellement, et identitairement, on rencontre rarement des destins comparables.


La lecture en est un peu chaotique car fidèlement au titre, les grains de ce sablier sont légions, mais le plus frappant est de voir l’écho de la grande histoire qu’ils renferment.

 

Loin de tout académisme rasoir, Christian Pahlavi use plutôt avec gourmandise d’un style frondeur, passant du coq à l’âne pour évoquer tout à trac les anecdotes, les personnalités et évènements hauts en couleurs dont il a été le témoin parfois facétieux, mais aussi l’Histoire avec un grand H qu’il n’a pas manqué de suivre depuis son observatoire original.


Lors donc, comme à l’accoutumée il plâne comme un parfum de folie douce dans cette dernière publication des éditions Thaddée . Mais toujours digne d’admiration, car les folies livrées là n’ont rien de vain : elles puisent à dessein dans les meilleurs élans de sincérité et de justice dont l’homme puisse être capable pour, autant que possible, tenter de s’élever.


Christian Pahlavi

Jean-Jacques Varoujan Avédissian

 

<Christian Pahlavi, le 18 novembre dernier à l'Epidon

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean-Jacques/Varoujan Avédissian,

l'éditeur à l'épicerie<

 

 

 

 L’Epidon – épicerie de l’Odéon

2 rue Casimir Delavigne, 75006 Paris (01 45 41 26 71)

www.lepidon.com

 

Photos JH - L'Epidon, Paris 18 novembre 2011

Repost 0

Présentation

  • : ConnexionsS
  • ConnexionsS
  • : Journalisme personnel : informations, histoires et idées. La page "Arménie - FA " regroupe une sélection d'articles déjà publiés (magazine France-Arménie).
  • Contact

Profil

  • Hacikoglu
  • Journaliste contribuant au magazine France-Arménie depuis 2003, et auteur de ce blog créé en septembre 2010. Sur Twitter @HacikJilda
  • Journaliste contribuant au magazine France-Arménie depuis 2003, et auteur de ce blog créé en septembre 2010. Sur Twitter @HacikJilda

Recherche

Archives