Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 12:09

 

Des mots étranges dans ce titre, pour dire des liens (gaber, en arménien) qu'on aime repérer ici, sur ConnexionsS

 

Explications :

 

Mine Vaganti, est un film italien de Ferzan Özpetek, sorti sur les écrans français sous le titre "Le premier qui l'a dit".

 

Variation sur le thème du coming out gay dans une famille traditionnelle des Pouilles en Italie, le film a été vite catalogué en France sous la catégorie "comédie".

 

A y regarder de plus près, si l'histoire ne manque certes pas d'humour par moment, le film s'avère pourtant moins léger qu'il n'y paraît, sous le soleil au charme ravageur d'Italie.

 

Au-delà du thème homosexuel, c'est surtout les hésitations et la difficulté à faire certains choix de vie qui s'en dégage. Des choix de vie périlleux, dépourvus de filet en cas d'échec, lorsqu'on aspire à autre chose que ce qui semble vous être prédestiné. 

 

Ce thème qui n'a rien d'exceptionnel, est tout de même traité de manière intéressante. Entre autres spécificités, en approchant de la fin, une chanson très particulière, Kutlama, attire l'attention. Elle ouvre une longue scène de célébration, pleine de lyrisme. 

 

A l'occasion de cette célébration (dont on ne peut dire plus sans trahir l'histoire), la caméra glisse sur les personnages du présent mais aussi du passé. La musique, au premier abord typiquement italienne, est vite accompagnée de paroles... turques.

 

Ce tout un peu étrange contribue à l'étrangeté de la scène, à un moment décisif dans l'évolution de l'histoire.

 

Cette incursion turque un peu déroutante, vient bien sûr de ce que Ferzan Özpetek, réalisateur italien de Mine Vaganti, est aussi Turc (1) .

Mais la connexion ne s'arrête pas là (s'arrête-t-elle jamais d'ailleurs ?).

 

 

Kutlama est une chanson de Sezen Aksu, célèbre chanteuse turque. Outre le talent immense qu'on lui attribue, son nom est intimement lié à Onno Tunç, un compositeur tout aussi connu et aimé en Turquie, précocement décédé dans un accident d'avion en 1996. 

 

 


Sezen Aksu - Kutlama Hamyum.Com

  http://www.dailymotion.com/video/x6zomp_sezen-aksu-kutlama-hamyumcom_music

 

   

Ayant écrit pour de nombreux autres artistes turcs, Onno Tunç est Arménien, de son nom de baptême Ohannès Tunçboyaciyan.

 

Pour beaucoup, Sezen Aksu est devenue ce qu'elle est grâce aux compositions de ce musicien hors-pair, autodidacte prolifique, dont les chansons ont reçu quelques prix, et notamment permis à la Turquie de se distinguer aux concours de l'Eurovision. Le choc de sa mort avait plongé la chanteuse dans une profonde dépression (elle ne s'en est pas cachée).

 

Il y a évidemment eu une grande histoire d'amour entre ces deux-là, durable malgré les 4 mariages de la diva, même si aucun n'était avec ledit Onno Tunç.

 

Voilà donc un Arménien célèbre et plutôt apprécié en Turquie, chose assez peu commune surtout de son temps, et cela mérite d'être signalé. Soit ceci dit en passant, de tous temps on trouve des Arméniens dans le paysage artistique turc, mais la plupart du temps, mieux vaut pour eux le faire oublier.

 

Mais encore ? Kutlama a été écrite par Sezen Aksu, ET composée par Arto Tunçboyaciyan, autre Arménien, plus célèbre en Arménie et chez les Arméniens celui-là. C'est le frère cadet d'Onno, et il est à l'origine d'un des groupes arméniens les plus prometteurs de ces dernières années : l' Armenian Navy Band.

 

 

Pour finir de tirer les fils de ces connexions à rallonge :

 

Malgré le titre français, Mine Vaganti se traduit de l'italien par "mines errantes". Une histoire d'errances qui est  effectivement un peu moins réductrice qu'une histoire de "premier qui l'a dit".

 

Kutlama désigne en turc une célébration (quelle qu'elle soit), mais aussi les félicitations qu'on adresse pour tout  évênement heureux: anniversaire, mariage, naissance, et d'autres...

 

Dans la chanson de Sezen Aksu, c'est l'arrivée du printemps qu'on célèbre, symboliquement la fin d'une période et le début d'une autre dans l'éternel cycle des choses, des êtres et des sentiments.

 

 


 

(1) Né à Istanbul en 1959, Ferzan Özpetek s'est installé en Italie pour y étudier (à Rome) à la fin des années 70. Dans les années 1980, c'est aussi en Italie qu'il commence à travailler dans le cinéma en tant qu'assistant-réalisateur notamment.

Ses premiers films datent de 1997 Hammam, et en France on remarquera peu après son Dernier harem (1999), film dont le premier rôle est tenu par Marie Gillain qu'on n'imaginait alors pas dans cet environnement (voir ici sa bio ciné).  

 

Partager cet article

Repost 0
Jilda Hacikoglu - dans Musique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : ConnexionsS
  • ConnexionsS
  • : Journalisme personnel : informations, histoires et idées. La page "Arménie - FA " regroupe une sélection d'articles déjà publiés (magazine France-Arménie).
  • Contact

Profil

  • Hacikoglu
  • Journaliste contribuant au magazine France-Arménie depuis 2003, et auteur de ce blog créé en septembre 2010. Sur Twitter @HacikJilda
  • Journaliste contribuant au magazine France-Arménie depuis 2003, et auteur de ce blog créé en septembre 2010. Sur Twitter @HacikJilda

Recherche

Archives